sandrine-roudeix.com

Attendre

romans


Partager ▼

Récompensée par le Prix du Roman du Mois des Espaces Culturels E.Leclerc et  Télé 7 Jours.
Finaliste du Prix des Lycéens et des Apprentis de Bourgogne.
Finaliste du Prix Léopold Sédar Senghor.
Finaliste du Prix du Premier Roman des Mots Doubs.
Finaliste du Prix Montalembert (Prix du Premier Roman féminin).

Résumé

Lola, 16 ans, attend son père qu’elle ne connaît pas à la terrasse d’un café. Quatre ans plus tôt, Marie, 33 ans, attend sa fille devant le collège Jules Ferry pour lui parler de son père. Douze ans plus tôt, Pierre, 18 ans, attend en bas de la matternité de découvrir son bébé. Trois voix pour dire trois attentes à trois époques différentes autour d’un même événement : la naissance non-prévue de Lola.

Sandrine Roudeix met en scène ces instants particuliers, solitaires et silencieux, ces moments de réflexion chargés de doute et d’espoir, ces cheminements fragiles, à la croisée les uns des autres, qui mènent aux heures de vérité.

« Attendre », Flammarion, 124 pages, 14 € ; J’ai Lu, 122 pages, 6,95 € . Commander

Extrait

« Il est dix-huit heures. Je suis joueuse. J’ai le cœur qui cogne. Un bruit sec, rapide et répété comme un marteau sur une planche de bois. Les yeux humides, le chouchou de ma queue de cheval qui se défait, le dos droit. Je suis joueuse, curieuse mais anxieuse.

Je suis assise à la terrasse du café près de mon lycée, contre une table ronde et brune cerclée de doré. Face à une chaise vide. Juste à côté d’une chaise vide. Deux sièges pour que tu aies le choix quand tu viendras. Tu as neuf minutes de retard.

Il est dix-huit heures et neuf minutes. Je t’attends. On est le lundi premier mai. Hier, c’était mon anniversaire. J’ai fêté mes seize ans. Sans toi. Hier, j’ai décidé de te retrouver. Un vieil annuaire déniché sous le lit de maman, un coup de téléphone enfermée dans ma chambre pour qu’elle ne m’entende pas t’appeler, le silence, et puis sans réfléchir deux métros pour arriver jusqu’à chez toi. »

Revue de presse

Extraits d’articles

« Sensible et émouvant, le premier roman de Sandrine Roudeix raconte à trois voix et en trois temps l’enfance de Lola. (…) Il y a dans ce roman-là une émotion toute en retenue qui parle de loin ».
Agathe Fourgnaud, Le Point

« Dans ce premier roman sensible de Sandrine Roudeix, inutile de chercher le coupable, il n’y a que des victimes. »
Sophie Delassein, Le Nouvel Observateur

« Un roman à trois volets, trois voix, trois vies, par lequel une jeune romancière signe un vrai coup de maître. De quoi attendre… le roman suivant. »
Pierre Vavasseur, Le Parisien

« Qu’est-ce qu’un joli livre ? Un livre dont les phrases restent, parfois entêtantes, dont on admire la vérité psychologique, qui n’écrase pas, et dont on savoure la petite voix qui se fait entendre. »
Hubert Prolongeau, Le Magazine Littéraire

« Sandrine Roudeix zoome à merveille sur le parcours de ces gens ordinaires qui ont attendu chacun leur tour, parfois dans l’angoisse, souvent dans l’illusion, d’entendre la vérité de l’autre. »
Thibault Bonnafoux, Le Figaro Magazine

« Un très bon premier roman. Une écriture claire, empreinte de sensibilité. Les personnages nous suivent bien avoir refermé le livre. »
Claude Maine, Ouest France

« L’auteur, sont c’est le premier roman, réussit à faire entrer des vies entières dans le temps immobile de l’espoir ».
France Cavaillé, Télé 7 Jours

« Ce premier opus sensible et émouvant, à la plume réglée comme l’objectif d’un appareil photo pour visualiser chaque seconde du roman, donne à réfléchir sur les questions de filiations. »
Judith André Valentin, Clara Magazine

Revue de blogs

Les nouveaux talents : « Les conseils d’écriture de Sandrine Roudeix »

Passion bouquins : « Le style de Sandrine est toujours aussi agréable à lire avec des phrases courtes, des phrases nominales voire des mots qui à eux seuls forment une phrase. » Sabine Faulmeyer

Sophilit :  » Sandrine Roudeix met des mots sur la peine que l’on fait parfois aux autres pour soulager la sienne, sur la peur de l’abandon, « l’une des choses au monde les mieux partagées », et campe trois personnages perdus, dépossédés d’une part d’eux-mêmes, qui, chacun à sa manière, « repoussent l’échéance des mots inévitables » et des paroles définitives. Un premier roman dont la structure en trois temps fait tout le charme. Une approche sensible du pourquoi et du comment vivre avec ses fantômes. » Sophie Adriansen

Les Facéties de Lucie : « Les femmes de ce livre m’ont accompagnée longtemps. » Lucie

Sweet Mood : « Je l’ai acheté par hasard à la Fnac, et sans en avoir entendu parler avant. Ce livre très court et rapide à lire m’a conquis en un week end. » Kmill

L’Agora des livres : « Un roman à 3 voix dans 3 époques différentes, plein de sensibilité et de finesse, pour raconter les choses qui font et défont un couple, une famille, l’amour. J’ai beaucoup aimé et je pense que ce roman pourrait trouver sa place dans les lycées où les ados pourraient se reconnaître dans l’histoire, hélas assez banale, de Lola à la recherche de son père. » Septentria.

Prix littéraire des lycéens et des apprentis de Bourgogne : Rencontre avec les élèves des lycées de Bourgogne

Débats/dédicaces

– 14 et 15 mars 2010 : Salon du Livre de Paris.
– 10 mars 2010 :  » Librairie des Batignolles » à Paris.
– 18 Mais 2010 : « Vivement Dimanche » sur France 2, par Claude Sérillon.
– 20 et 21 octobre 2010 : Salon « Les Mots Doubs » de Besançon.
– 10 au 15 décembre 2010 et 7 au 12 février 2011 : Rencontres avec 20 lycées de Bourgogne  (Prix des Lycéens et des Apprentis de Bourgogne).