Le Tour de France des Métiers d’Art

livres


Partager ▼

Le-tour-de-France-des-metiers-d-art

 

 

Résumé

Qu’ils soient ferronnier métallier à Arras, souffleur de verre à Brussieu, plumassier à Paris ou mosaïste à Nantes, les vingt et un professionnels mis à l’honneur dans ce beau livre incarnent le nouveau visage des artisans-créateurs, gardiens d’anciens métiers et porteurs de futures vocations. Avec enthousiasme, ces femmes et ces hommes m’ont ouvert les portes de leurs ateliers installés aux quatre coins de la France pour me faire partager leur amour de la matière et leur passion de la création, l’exigence de leur discipline et les choix de vie qui leur ont permis de se réaliser. Une invitation à prendre la route à travers plus de trois cents photographies inédites pour découvrir les métiers d’art du XXIe siècle.

« Le Tour de France des Métiers d’Art », textes et photos de Sandrine Roudeix, 239 pages, 35 €. Commander

 

Préface

Tout a commencé par une rencontre. Tout commence toujours par une rencontre. Ou deux. Ou dix. Ou vingt. Le croisement des univers et le choc des sensibilités.

Portraitiste, j’avais photographié à ma manière le groupe de bronziers d’art Mydriaz pour le magazine Madame Figaro en novembre 2015. A ma manière, c’est à dire dans leur atelier, en pied, en couleurs, et avec une composition qui traduisait en image ce que je ressentais en mots. Ma façon de comprendre les esprits en confrontant les corps et les décors, une histoire d’interactions encore. J’avais découvert un trio jeune et volontaire qui créait des luminaires et des meubles rock avec du laiton. Première rencontre. Clac !

Quelques jours plus tard, mon téléphone s’était agité comme un petit animal excité. L’Institut national des métiers d’art (INMA) avait repéré ma parution et voulait me consulter. Rendez-vous avait été pris la veille de Noël sous le viaduc qui brode de briques l’avenue Daumesnil à Paris. Deuxième rencontre. Cette fois, je fais connaissance avec Marie-Hélène Frémont, Nicolas Rizzo et Camille Bidaut qui souhaitent illustrer le renouveau du secteur soutenu par l’INMA et son manifeste « Métiers d’art, gestes de demain » à l’occasion des prochaines Journées Européennes des Métiers d’Art (JEMA) organisées en avril 2016. Leur ambition ? Promouvoir les artisans-créateurs, héritiers de savoir-faire d’hier et générateurs d’emplois futurs. Valoriser ces professions porteuses de sens, ancrées dans leur territoire et sources d’émancipation sociale. Répondre à une attente commune de proximité, de pérennité et de qualité formulée par les consommateurs et les citoyens toujours plus impliqués dans le choix des objets qui les entourent. Deux heures et mille idées plus tard, l’INMA m’engage. Ma mission ? Photographier six professionnels franciliens – plumassier, mosaïste, souffleur de verre, héliograveur, ébéniste et bronzier, nouveaux héros de nos quotidiens. Une campagne réussie qui incite l’équipe à poursuivre le dispositif à l’échelle nationale l’année suivante. Treize portraits supplémentaires dans treize régions. Treize ateliers. Treize métiers d’art. Et treize nouvelles rencontres, donc. Un cadeau. Car cette fois, me sachant également romancière, l’INMA me propose d’accompagner mes images de textes pour donner chair à ces vies que j’approche pour la première fois et que je leur raconte avec fougue à chacun de mes retours. Quelques mois après, c’est un succès. Les treize créateurs incarnent la modernité dans les pages des magazines annonçant les JEMA 2017 et dans une exposition intitulée « Sur la route des métiers d’art », imaginée et réalisée avec la complicité de l’INMA et de la galerie YellowKorner Pompidou à Paris. L’accueil dépasse nos espérances et alors que l’INMA réfléchit aux JEMA 2018, une idée jaillit : Et si nous faisions un livre pour partager ces trois années de rencontres avec un large public ? Chiche !

Marie-Hélène, Nicolas et Camille sélectionnent aussitôt huit autres professionnels au métier d’art issu de la tradition, de la création ou de l’innovation, et je repars à l’aventure. Au volant de ma voiture ou au chaud dans le ventre d’un train, me voilà sillonnant l’hexagone, des Hauts de France à la Provence Alpes Côte d’Azur, de la Bretagne au Grand Est, en passant par la Normandie, la Nouvelle Aquitaine, les Pays de la Loire, l’Occitanie, la Bourgogne Franche-Comté, le Centre, l’Auvergne Rhône-Alpes, l’Ile de France et la Corse. A chaque région, sa couleur et sa musique, sa ville et sa campagne. A chaque rencontre, son humanité. Ici, un bœuf bourguignon mijoté maison. Là, une balade dans des ruelles pavées d’histoire. A chaque atelier, son esprit. A chaque pratique, sa singularité. Ma seule démarche ? Faire connaissance. Le temps d’une journée, regarder et écouter ces hommes et ces femmes dont j’ignore tout et apprendre à leur contact. Décrypter leur art, leurs outils, leurs gestes, mais aussi leur parcours et leurs choix ? Comment en sont-ils arrivés là ? Pourquoi sont-ils tombés amoureux d’une matière plutôt qu’une autre ? Avec quels outils travaillent-ils ? Comment se projettent-ils dans l’avenir ?

Car ce qui m’intéresse à travers ce livre reste encore et toujours de tisser des liens entre les générations. Partager les expériences et les passions. Valoriser les gestes du passé pour nourrir les vocations du futur. Elargir le champ des possibles. Et mettre en lumière les métiers d’art et ceux qui les exercent aux quatre coins de la France pour que nous en éprouvions tous une folle fierté.

Sandrine Roudeix

 

Revue de presse

 

30707444_10156873833379881_741662142448533504_n

« Un magnifique livre sur notre patrimoine et des métiers oubliés « . Xavier Lambrechts. 64 ‘ /  TV5 Monde

 

« Métiers d’art, la relève est assurée !  » – portfolio. Le Monde.fr

 

« Un remarquable beau-livre ». Virginie Jacoberger-Lavoué. Valeurs Actuelles

 

« A la lecture de ce beau-livre, le lecteur prend conscience de l’extraordinaire vivacité de l’artisanat d’art ». Virginie Moreau. Le Hérault Juridique et économique