sandrine-roudeix.com

A propos de Diane dans le miroir

revue de presse


Partager ▼

Diane-200

Extraits de presse

« Un livre d’une irradiante délicatesse. Sandrine Roudeix invente avec une grande sensibilité et une belle acuité le monologue intérieur d’une héroïne à bout de forces remontant aux sourcesde son inspiration. Plus encore qu’un portrait imaginaire, le portrait d’un imaginaire. »
Marine de Tilly, Le Point

« La photographe et romancière devient le temps d’une nuit et d’un texte inspiré la grande Diane Arbus. Dans une fureur toute poétique, elle plonge dans les mélancoliques pensées et la quête féministe de ce génie de l’image mort en 1971. Un texte haletant jusqu’à la dernière ligne, jusqu’au dernier flash.  »
T.S., Le Figaro Magazine

« Un très beau livre, sublimement écrit ». »
Le Cinq à Sept, Michel Field, LCI

FIELD_1_807

« Un livre à l’écriture ciselée signé par une photographe. »
Kalai Chan, Femme Actuelle

 « Sandrine Roudeix capture avec sensibilité et un sens du détail parfois boulersant cette longue séance photo qui n’aura pas lieu, ce combat de l’artiste avec elle-même. Un roman incandescent. »
Jean-Sébastien Stelhi, Madame Figaro

« Sandrine Roudeix suit l‘artiste au plus près. (…). Un uppercut. »
Nedjima Van Egmond, Le Parisien Magazine

« C’est un portrait extrêmement touchant que réussit Sandrine Roudeix, elle-même photographe. »
Claude Maine, Ouest France

« Un beau livre. »
Un livre, un jour, Olivier Barrot, France 3

france3-bon_500WEB

«  La double casquette de l’auteure offre au roman une dimension supplémentaire. Sandrine Roudeix, avec sensibilité et un sens du détail parfois bouleversant, décompose le geste et les intentions photographique en experte. »
Anne-Laure Boveron, Muze

« Le portrait intense et délicat d’un imaginaire. »
Le Temps des écrivains, Christophe Ono-dit-Biot, France Culture

« Un très beau texte autour de la photographe américaine Diane Arbus (…). Sandrine Roudeix réussit à nous emmener dans les arcanes de son esprit et de la création. »
Renaud Montfourny, Les Inrocks

 « Un bon sang de roman. »
Alex Mathiot, Radio Shalom Besançon

 « Coup de cœur de la rédaction. »
France Bleue Orléans

 « Un roman intense »
Des Mots et des Livres, Carmen Gimena, idFM Radio Enghiens

 « Diane Arbus, tout un roman ! »
Photo

« Le temps de ce court et beau texte, Sandrine Roudeix se glisse dans la peau d’une artiste qui, à force de captuer les marges et le bizarre, se retrouve étrangère à son propre reflet. (…). Une autobiographie fragmentaire, fantasmée et troublante. »
Pamela, Pianezza, Fisheye

« Le roman que Sandrine Roudeix consacre à Diane Arbus, peut-être son texte le plus personnel, est l’un des dix meilleurs livres sortis cette année. On est sous le charme jusqu’à la dernière page. »
Marc Gardmer, Femme Actuelle Extra

 Radios et télés

LCI, le 2/06/2015 : « Un très beau livre, superbement écrit », Le 5 à 7 de Michel Field.

France 3 / France 5, le 11/05/2015 : « Sandrine Roudeix donne sa voix… », Un livre, un jour d’Olivier Barrot.

France Culture, le 02/05/2015 :  Le Temps des Ecrivains de Christophe Ono-dit-Biot.

Radio Shalom, le 10/09 : « Un bon sang de roman », Alex Mathiot.

France Bleue Orléans, le 31/05/2015 : Coup de coeur de France Bleue.

idFM Radio Engiens 98, le 16/05 : « Un roman intense « , Des mots, des livres de Carmen Gimena.

 Vidéos web

Clip « Diane » :  Chanson écrite par Jewly d’après le roman « Diane dans le miroir ». Titre issu de l’album « Drugstore » sorti en février 2017.

sandrine-roudeix-diane-arbus

Lecture littéraire et musicale : le 9/04/2015 à la librairie Kléber à Strasbourg, avec la comédienne et metteuse en scène Ombeline de la Teysonnière, le musicien Emmanuel Hoff et la chanteuse Jewly.

 

 Revue de blogs

Bookwitty : «  Une puissante introspection et une plongée dans les désirs d’une femme qui n’a rien épargné à son corps, jouissances, douleurs, pourvu que ça vibre à l’intérieur ». Adeline Fleury

Paris-New York TV :  » La plume lyrique de Sandrine Roudeix, traversée de turbulences, nous entraîne dans un roman intime et passionnant. Le ton est aux confidences. C’est un Jeu empathique, un « Je un peu moi » qui s’offre au lecteur. » Anne Brouilhet

Le Carré Jaune :  « Ce roman est grandiose et l’écriture de Sandrine Roudeix est encore une fois somptueuse. On avance comme sur un fil, prête à se noyer dans chaque mot lu. Ce livre nous saisit, nous bouscule, nous amène à revoir notre propre façon d’exposer nos vies, de nous exposer, de regarder le monde autrement que par nos yeux lumineux. Sensibilité extrême, silence et solitude… » Sabine Faulmeyer

Muze : « La double casquette de l’auteure offre au roman une dimension supplémentaire. Sandrine Roudeix décompose le geste et les intentions photographiques en experte (…). Elle met en relief le travail de son personnage et même son oeuvre. Ce livre est comme une plongée dans l’esprit de la photographe américaine, où les pensées sautent d’une idée à l’autre, d’une envie à une émotion. Le fil semble parfois rompu tant Diane Arbus court après ses idées, tant la voix qui la critique l’interrompt. Mais elle n’en est que plus humaine… » Anne-Laure Bovéron

Les lectures d’Antigone : « J’ai aimé cette oppression de l’écriture, la sincérité dérangeante d’une solitude qui se scrute dans le miroir sans illusions d’une salle de bains. Rien n’est épargné au lecteur, de la sensualité brute au désespoir sans fards, mais l’intimité que crée Sandrine Roudeix avec son personnage est également douce, enveloppante, tendre et compréhensive (…). C’est très très beau, très difficile à lire aussi par moments, mais d’une unité parfaite, à dévorer dans un souffle. Un gros coup de coeur ! » Antigone Héron

Pour Nous les Femmes : « Diane parle à son miroir, comme si de l’autre côté, celle qu’elle appelle « fillette », était la seule à pouvoir entendre et dire sa solitude, son sentiment d’abandon, sa détresse. Son double, sa jumelle. » Elsa Menanteau.

Libre Bonimenteur : Jeu de questions-réponses autour de « Diane dans le miroir » par Jean-Louis Riguet.

L’Ivre de Lire : « Un roman intime, sensible, écrit dans une nuit noire et profonde, qui éclate et égratigne ». Sabine

Elles osent :  » Quand une photographe met en mots la dernière nuit d’une autre photographe, cela donne un portrait d’une sensibilité rare ». Anne-Laure

Le photoblog du photographe des Inrocks : « Un très beau texte ».