sandrine-roudeix.com

Diane dans le miroir

romans


Partager ▼

Diane-dans-le-miroir-450

 

Sélectionnée pour le Prix des Lecteurs de la ville de Brive 2015
Sélectionnée pour le Prix Billetdoux de la SCAM 2016

Résumé

New York, 1971, une nuit d’été. La chaleur est étouffante. Dans sa salle de bains, une photographe s’apprête à réaliser un autoportrait. Il lui faut trouver le cadre idéal, caler son Leica, choisir focale et vitesse d’obturation, préparer le déclencheur souple… Cette photographe, c’est la grande Diane Arbus qui, en s’intéressant aux inconnus dans la rue et aux personnages hors-normes – travestis, prostituées, nains, handicapés – a révolutionné le monde de la photographie.

Mais peut-on s’émanciper de son regard ? Peut-on s’émanciper des apparences comme de son passé quand on est une femme artiste dans les années 60-70 à New York ? Que se passe-t-il dans la tête d’une photographe qui prend une photo ? Et que se passe-t-il quand cette photographe est Diane Arbus ? Avec une sensibilité à fleur de peau et une manière très intime de parler de cet art, la romancière et photographe Sandrine Roudeix accompagne son double de l’autre côté du miroir et livre le portrait inédit d’une femme ayant cherché toute sa vie à se libérer des codes et des convenances pour tenter d’assumer sa propre singularité…

« Diane dans le miroir », Mercure de France, 208 pages, 16,80 €.

— Voir la suite

Les Petites Mères

romans


Partager ▼

Récompensée par le Prix L’Autre Page 2012 (Prix du Roman des Psychanalystes).
Finaliste du Prix des Rencontres du IIème titre de Colophon 2013.
Finaliste du Prix Horizon 2014 du deuxième roman francophone de Marche-en-Famenne (Belgique).

Résumé

Concepción, Fernande et Babeth. Trois femmes d’une même famille du sud-ouest, trois femmes abandonnées par l’homme qu’elles aimaient, trois femmes qui ont élevé seules leur fille. Ce sont elles, les petites mères, comme les surnomme Rose, la petite dernière. Rose qui, justement, vient dîner ce soir pour leur présenter son fiancé. D’heure en heure, de huit heures du matin à minuit, chacune se prépare alors à accueillir le jeune couple. Mais les espoirs éparpillés et les rêves brisés des quatre femmes refont surface et la fin de la journée prend une tournure qu’aucune n’avait imaginée.

Comment se construire quand on a grandi dans un univers matriarcal où la dureté et l’incompréhension remplaçaient trop souvent la tendresse et la solidarité ? Dans ce portrait de famille, Sandrine Roudeix raconte les vies de ces femmes sans homme et explore avec beaucoup de subtilité la complexité du lien mère-fille et la difficulté d’aimer et d’être aimée.

« Les Petites Mères », Flammarion, 180 pages, 16 €. Commander

— Voir la suite

Attendre

romans


Partager ▼

Récompensée par le Prix du Roman du Mois des Espaces Culturels E.Leclerc et  Télé 7 Jours.
Finaliste du Prix des Lycéens et des Apprentis de Bourgogne.
Finaliste du Prix Léopold Sédar Senghor.
Finaliste du Prix du Premier Roman des Mots Doubs.
Finaliste du Prix Montalembert (Prix du Premier Roman féminin).

Résumé

Lola, 16 ans, attend son père qu’elle ne connaît pas à la terrasse d’un café. Quatre ans plus tôt, Marie, 33 ans, attend sa fille devant le collège Jules Ferry pour lui parler de son père. Douze ans plus tôt, Pierre, 18 ans, attend en bas de la matternité de découvrir son bébé. Trois voix pour dire trois attentes à trois époques différentes autour d’un même événement : la naissance non-prévue de Lola.

Sandrine Roudeix met en scène ces instants particuliers, solitaires et silencieux, ces moments de réflexion chargés de doute et d’espoir, ces cheminements fragiles, à la croisée les uns des autres, qui mènent aux heures de vérité.

« Attendre », Flammarion, 124 pages, 14 € ; J’ai Lu, 122 pages, 6,95 € . Commander

— Voir la suite